lunes, 26 de septiembre de 2011

Le livre "Succès Damné" de Éric Cordobesse et Laurent Muldworf (tous deux psychiatre et psychanalyste) est absolument passionnant !

Le livre "Succès Damné" de Éric Cordobesse et Laurent Muldworf (tous deux psychiatre et psychanalyste) est absolument passionnant !

Consacré aux différentes étapes pour obtenir une célébrité qui fascine de plus en plus, nos contemporains au point d’attribuer celle-ci à de sinistres crétins. L’émergence de la célébrité comme phénomène social résulte de trois processus liés. D’abord, la démocratisation de la société, ensuite le déclin des religions établies enfin, l’avènement de la société de consommation. Car cette dernière a transformé la gloire en célébrité.

Aujourd’hui, il y a encore pire que d’être pauvre c’est d’être anonyme ! Le deux auteurs expliquent admirablement bien au fil des pages ; comment on se forge une personnalité dés l’enfance qui donne se sentiment que rien ne peur arrêter le candidat ou la candidate à la célébrité. Qu’elle pourra toujours rebondir, improviser. Les célébrités sont dans un certains sens des surdoués des relations humaines et de la séduction. Mais la célébrité est aussi une loterie déguisée auquel chacun croit pouvoir prétendre qui se combine avec la chance inouïe du gros lot ainsi que l’écrit Roger Caillois. Elle peut échoir au plus obscur, plus pauvre d’entre nous. Elle devient dans l’imaginaire "La terre des possibles".

La gloire autrefois était un processus lent et mystérieux. Aujourd’hui, les secrétaires et autres attachés de presse manient fort bien la science de la communication. Tout cela comporte des risques dont un sérieux ; celui de devenir Bipolaire. Les stars ont créés un personnage avec lequel elles doivent partager leur vie et cela ne se passe pas toujours très bien. La frustration ne devant plus exister dans leur quotidien, elles deviennent de plus en plus dépendantes de leur entourage. Une petite frustration devient pour la star une expérience violente honteuse ou indigne… La sexualité est de plus en plus libérée, au point que certains sont obligés de faire soigner leurs pulsions trop envahissantes pouvant se révéler dévastatrices (Michael Douglas- D.S.K).

À cause de l’accès à Internet, Facebook, Twitter, les vedettes sont devenues des "étrangers intimes" mais aussi des VRP de luxe. La publicité rapportant bien souvent plus que l’art en lui même pratiqué par la star. Le ridicule ne leur fait pas peur. Voir Nicole Kidman, secouant interminablement ses jupons longs sans pouvoir esquisser un sourire tant cette dernière est botoxée, est affligeant ! Que dire d’un consommateur lambda qui achètera des yaourts untel car ce sont les préférés du footballeur Zidane ? Le pire étant les publicités pour les eaux de toilette avec leurs égéries surexposées. Une eau de toilette est un achat personnel et tout le monde s’accorde sur ce point. Il est lié à sa vie, ses émotions d’enfance, son parcours, etc. Une vedette ne peut (à notre humble avis) se substituer à notre mémoire olfactive et autre. La société est si appauvrie intellectuellement, que les publicitaires susurrent au consommateur comment acheter le café de George Clooney ou porter (et acheter) les lunettes de Johnny Hallyday, etc. Le monde industriel a inventé l’exploitation intensive et la star peut se vider de sa substance tel un puits de pétrole. Jean-Jacques Rousseau lui même, prend peut-être conscience avant l’heure, des affres d’une célébrité procédant du faux.

Mais la question la plus importante étant : Comment rester soi en étant à tous ?

Les réponses se trouvent dans ce passionnant ouvrage facilement compréhensif et qui à l’inverse de la célébrité, est lui, à la portée de tous…

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada